1918 - Kaiserschlacht (Offensive du Printemps)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1918 - Kaiserschlacht (Offensive du Printemps)

Message par Invité le Ven 26 Mai - 15:50

Salut,
J'ai été très intrigué par les Opérations proposées sur BF1, car finalement je n'en avais connaissance de presque aucunes, j'ai donc décidé de pousser mes recherches sur les différentes opérations proposées par le jeu, afin de mettre un lien entre ce qui nous est mis dans les mains, et la vraie histoire.

A l'avenir j'essaierai de continuer à alimenter la rubrique dans ce sens, j'aimerai également me pencher sur les unités d'infanterie et les armes utilisées, mais la recherche est très coûteuse en temps, je ne pourrais pas promettre 1 article par semaine.




Kaiserschlacht

    À la fin de l’année 1917, le haut commandement allemand tire immédiatement parti du nouveau contexte stratégique qui lui est totalement favorable : la révolution russe et l’effondrement de l’armée tsariste qui la suit, marqué par la signature du traité de Brest-Litovsk,  permettent désormais de mener la guerre sur un seul front, l’Ouest, en y concentrant toutes les forces disponibles. La décision est prise par Ludendorff  (Général) de préparer une attaque décisive, de très grande ampleur, pour le printemps 1918, avant que la montée en puissance de l’armée américaine ne soit effective. C’est contre l’armée britannique que cette offensive doit être menée

Mi-février 1918, l’essentiel du transfert des divisions allemandes du front-Est vers la France est achevé. 50 divisions sont placées face au front britannique. L’offensive allemande est composée de 2 phases principales :
       1. Frapper la Somme
       2. Parachever la rupture en Flandre française

Plusieurs opérations allemandes furent mises au point :

Michael : Somme

Georgette : Lys et Ypres  → Bataille de la Lys

Gneisenau → Bataille du Matz

Blücher-Yorck : Champagne (contre les forces françaises → bataille de l’Aisne)

    Le principe fondamental de la 1e offensive, l’opération « Michael », lancée depuis la ligne Hindenburg, consiste à percer le front britannique devant Amiens, couper le front en 2 en perçant l’aile droite de la Force expéditionnaire britannique, puis à opérer un mouvement vers le nord pour repousser ces derniers vers les port du Pas-de-Calais et les troupes françaises vers Paris, afin de couper les lignes de ravitaillement ferroviaires et d’encercler les forces anglaises dans une étroite poche jusqu’à leur capitulation.
Les allemands choisirent d’attaquer le secteur aux alentours de St. Quentin, récupérée par les Britanniques en Avril 1917, suite au repliement des allemands vers la Ligne Hindenburg.
Michael

Bataille de St. Quentin : 21-23 Mars

    Déclenchée le 21 mars 1918 en Picardie, l’opération « Michael » frappe par surprise et avec une inouïe violence les troupes britanniques qui y sont exposées, un bombardement d'artillerie assez court mais extrêmement violent, avec l'aide de 6200 canons. Pendant que l’artillerie lourde bombardait les positions d’artilleries et de ravitaillement alliées, mortiers, gaz moutarde et grenades fumigènes étaient concentrés sur les tranchées situées en première ligne. Plus de 3,5 million d’obus furent tirés en 5 heures, frappant sur une surface de 400 km².

Utilisant à plein leur supériorité numérique (58 divisions contre 16), les Allemands réalisent en quelques heures une large trouée dans le front britannique. Le brouillard et la fumée due au bombardement perturba la visibilité tout au long de la journée, permettant à l’infanterie allemande de s’infiltrer sans se faire détecter derrière les lignes britanniques. Avant que les défenseurs étourdis ne puissent réagir, des équipes spéciales de troupes d'assaut allemandes sortirent du brouillard et de la fumée pour attaquer ou contourner les points stratégiques des lignes. Au total, 200 000 Allemands attaquent les lignes anglaises entre Cambrai et St-Quentin. Pris par surprise, débordés et submergés, les défenseurs reculèrent sur tout le front, une large brèche s'ouvrit, permettant aux Allemands d'avancer de plus de 50 km. Plusieurs divisions sont littéralement détruites, comme la 16e (irish), la 36e (Ulster) et la 66e, bien qu’elles eu tenu les lignes de défense vaillamment.

The record of 36th Division will ever be the pride of Ulster. At Theipval in the battle of the Somme on 1 July 1916; at Wytschaete on 17 June 1917, in the storming of the Messines Ridge; on the Canal du Nord, in the attack on the Hindenburg Line of 20 November the same year; on 21 March 1918, near Fontaine-les-Clercs, defending their positions long after they were isolated and surrounded by the enemy; and later in the month at Andechy in the days of 'backs to the wall', they acquired a reputation for conduct and devotion deathless in military history of the United Kingdom, and repeatedly signalised in the despatches of the Commander-in-Chief.
— Winston Churchill

Les unités qui n’ont pas été disloquées se replient en combattant, dans un contexte de panique : les routes sont encombrées, l’artillerie allemande sème le chaos. Amiens se trouve rapidement menacé, ce qui oblige les Britanniques à envoyer massivement des réserves pour tenter de combler la brèche.

Retraite des forces alliées
Stratégiquement, l’armée allemande avait concentré beaucoup de ses meilleures troupes au sein d’unités « Stormtrooper », entraînées à infiltrer et traverser les lignes de front ennemies, en évitant les points forts hautement défendus. La tactique stormtrooper consistait dans l’attaque et le sabotage des quartiers généraux ennemies, unités d’artilleries et dépôts de ravitaillement dans l’arrière-front, donnant un avantage considérable pour le reste de l’armée, afin d’occuper le plus de territoire rapidement.

Néanmoins cette stratégie fue remplacée par un schéma plus efficace et economique en 3 phases :
       1. Tir de barrage rapide sur les lignes de communications et quartiers généraux, afin de garder l’effet de surprise
       2. Destruction de l’artillerie
       3. Attaque sur la ligne de front ennemie

Sur les jours qui suivirent, l’avancée allemande commença à vaciller, l’infanterie était épuisée et il devenait de plus en plus difficile d’acheminer artillerie et ravitaillement en direction du front.

Du côté des alliés, des troupes fraiches Britanniques et unités Australiennes furent déplacées vers le centre d’Amiens afin de rigidifier ce noyau vital ferroviaire. La stratégie consistant à réduire le nombre de troupes au front, et de développer les défenses en profondeur.
La ligne de front devenait alors une ligne « d’avant-poste », tenue par des snipers, postes de mitrailleuses, et peu d’infanterie.


Un dernier effort fut tenté contre la ville d'Amiens, nœud ferroviaire vital, mais l'avance allemande fut arrêtée à Villers-Bretonneux le 4 avril par les Australiens appuyés par toutes les unités disponibles amenées.

Amiens - 4 Avril

    L’attaque finale fut lancée en direction d’Amiens avec un appui de 15 divisions d’infanterie, le plus à l’est des défenses d’Amiens. Ludendorff visait à sécuriser les alentours de la ville par les hauteurs, afin d’appuyer les bombardements d’artillerie sur Amiens et la rendre inutile aux Alliés. La cathédrale fut néanmoins épargnée des cibles de bombardements grâce au pape Benoit XV.

La défense fut remarquable du côté des Alliés notamment grâce à la contre-attaque nocturne organisée par les unités Australiennes et Britanniques, qui re-capturèrent la ville de Villers-Bretonneux et stoppèrent l’avancée Allemande. Du nord au sud, la ligne fut maintenue par les divisions alliées.
Après plusieurs tentatives sans succès pour capturer Amiens, Ludendorff annula l’Opération Michael le 5 Avril.



    En août 1918, les Alliés lancent une contre-offensive (offensive des Cent-Jours), en utilisant de nouvelles méthodes opérationnelles et en s'appuyant sur l'usage massif d'artillerie. La percée de la Ligne Hindenburg en septembre force l'Empire allemand à négocier un armistice le 11 novembre 1918.
(Mais ceci est une autre histoire Wink )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 1918 - Kaiserschlacht (Offensive du Printemps)

Message par Invité le Ven 26 Mai - 15:58



Histoire de situer un peu mieux le front.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 1918 - Kaiserschlacht (Offensive du Printemps)

Message par Valentin le Ven 2 Juin - 19:17

travail de recherche remarquable et sérieux, mérite d'être cité et de passer de la distinction au grade supérieur. Sincèrement ! study
avatar
Valentin
Caporal-chef
Caporal-chef

Messages : 29
Date d'inscription : 24/03/2017
Localisation : PERPIGNAN

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum